اختراعات


Démarrage par élimination de résistances statoriques


a) Généralités

Ce démarrage s’effectue en deux temps minimum.
- 1er temps : les enroulements du stator sont alimentés à travers des résistances (donc sous tension réduite).
- 2ème temps : les enroulements du stator sont alimentés directement sous leur tension nominale.
Remarque
La suppression des résistances peut s’exécuter en plusieurs fois ce qui ajoute autant
de temps supplémentaire au démarrage du moteur.
Conditions technologiques
Le moteur asynchrone triphasé doit être du type rotor en court-circuit ou rotor à cage
d’écureuil.
Avantages de ce procédé
- En augmentant le nombre de temps de démarrage, il est possible de régler toutes les valeurs caractéristiques telles que courants et couple au démarrage.
- Il n’y a aucune coupure d’alimentation du moteur pendant le démarrage.
- L’utilisateur a le choix de coupler les enroulements du stator en étoile ou en triangle.
Inconvénient de ce procédé
- Le courant de démarrage est important dans le cas d’un démarrage en deux temps (de l’ordre de 4 à 5 fois le courant nominal).
- Le couple au démarrage est en moyen (de l’ordre de 0,6 à 0,8 fois le couple nominal).
- Le temps de démarrage est assez long (de l’ordre de 6 à 10 secondes) 
Utilisation de ce procédé
 Il est employé pour des machines à forte inertie qui ne démarrent pas avec leur charge maximale.
Exemple : ventilateurs, pompes, turbines, broyeurs.

b) Démarrage manuel
Ce démarrage n’est pratiquement jamais utilisé dans l’industrie ; il fait appel à deux interrupteurs.
Schéma fonctionnel de l’ensemble


Démarrage manuel, par élimination de résistance statoriques, d’un moteurasynchrone triphasé à un seul sens de rotation.

c) Démarrage semi-automatique un sens de rotation
Démarrage par élimination de résistances statoriques, d’un moteur asynchrone triphasé à un seul sens de rotation.
Schéma fonctionnel de l’ensemble


Démarrage semi-automatique en trois temps par élimination de résistances d’un moteur asynchrone triphasé à un seul sens de rotation.
Schéma développé du circuit de puissance

Schéma développé du circuit de commande

Légende :
Q1 : fusible sectionneur*
F1 : relais magnétothermique
S1 : bouton poussoir marche
S2 : bouton poussoir arrêt
K1M : discontacteur principal
K2Q : contacteur 2e temps
K3Q : contacteur 3e temps
R1, R2 : résistance triphasée
M : moteur asynchrone

Fonctionnement du montage
Une impulsion sur le bouton poussoir S1 excite la bobine K1M qui:
S’auto-alimente Met sous tension le moteur à travers deux jeux de résistances triphasées. Au bout de 4 secondes, le contact temporisé de K1M se ferme et excite la bobine K2Q ; celle-ci ferme ses contacts de puissance qui court-circuitent la résistance triphasée
R1 (2e temps).Après 4 secondes, le contact temporisé de K2Q se ferme et excite la bobine K3Q ; ses contacts de puissance changent d’état et court-circuitent la résistance triphasée R2 (3e temps).
Le moteur est alors alimenté sous sa tension nominale et le démarrage est terminé.
Une action sur le bouton poussoir arrêt (S2) ou un fonctionnement du relais magnétothermique coupe l’alimentation de toutes les bobines ; le moteur s’arrête.
Note : Les contacteurs possèdent des contacts temporisés.

d) Démarrage semi-automatique deux sens de rotation
Démarrage par élimination de résistances statoriques, en 2 temps d’un moteur asynchrone triphasé à deux sens de rotation.
Schéma fonctionnel de l’ensemble


Schéma développé du circuit de puissance

Schéma développé du circuit de commande